Publié par : granvilleagauche | avril 28, 2013

Granville: Le 8 mai au Val-es-Fleurs

Manche Nature, Sel’in, Granville Environnement, Vie et Mémoires du Vieux Granville vous proposent une journée

nature et découverte le 8 mai à Granville au Val-es-Fleurs.

Val es fleurs 1

Programme:

 

10h :  Rassemblement à la Bouchonnerie pour une marche découverte du patrimoine granvillais ( Jardin Dior, Plat Gousset, Haute-Ville et le port de pêche )

 

12h:  Apéritif offert

 

12h30:   Pique-nique en commun, à l’abri, autour de l’immeuble de la Bouchonnerie ( la ville de Granville ne prêtant plus de matériel, chacun devra apporter sa table pliante et ses chaises)

 

à partir de 14h: Troc Plantes

 

15h: Possibilité de promenade en vélo en empruntant les pistes cyclables du centre-ville.

Publicités
Publié par : granvilleagauche | avril 12, 2013

Que deviennent les écoles publiques de Granville?

Un tract de la FSU sur l’application des rythmes scolaires confirme que Granville aura bien ses quatre groupes publics à la rentrée 2013.

La nouvelle est excellente et cela voudrait dire que Caruhel a renoncé à fermer Jean-Macé ou un autre groupe. A-t-il eu peur des actions qui auraient pu troubler sa future campagne électorale ? C’est possible, mais le résultat est là, la lutte a payé.

Beaucoup de parents d’élèves, d’enseignants actifs ou retraités, des militants de la cause laïque ( un peu moins les organisations syndicales ) se sont mobilisés pour arriver à cette victoire, à ce recul de la municipalité.

Naturellement, lorsqu’on gagne, on se réunit, on annonce, on fête ! Là, rien du tout.

Aucune expression sur Facebook depuis octobre 2012, rien dans les publications, la presse locale, les blogs, rien non plus en provenance de certains membres de la fameuse commission extra municipale chargée de donner un avis sur la question.

Alors pourquoi cette absence totale de communication ? A première vue, aucune explication ;  un silence très facile à comprendre est également observé du côté de la municipalité. Y a t-il eu un échange de bons procédés ? ? ???????  Si oui, entre qui et qui? 

A noter aussi que la défense du service public de l’éducation nationale ne concerne pas uniquement les parents d’élèves et les enseignants mais l’ensemble de la population.

JMS

Publié par : granvilleagauche | mars 27, 2013

Pays de la Baie du Mont Saint- Michel : Un SCoT pour rien ! ?

Après de nombreuses années de préparation, le SCoT du Pays de la Baie du Mont Saint-Michel est accessible au Public et a fait l’objet d’une enquête publique durant le mois de février.

L’objectif du Schéma de Cohésion Territorial est de fixer les grandes orientations d’aménagement

qui concernent l’avenir de notre territoire pour les 15-20 années à venir. Ces orientations sont fixées par les élus locaux représentatifs des collectivités territoriales.

            Il est à remarquer que les documents comportent énormément de données socio-économiques mais le « lecteur moyen »ne retrouve pas de documents synthétiques dont l’analyse  permettrait de bien comprendre les objectifs du SCoT. Les données sur lesquelles le document s’appuie datent de 2008 c’est-à –dire une période qui précède « la Crise » ; ce concept n’est jamais évoqué

Le SCoT, un enjeu pour les terres agricoles

            La préoccupation principale qui devrait animer les décideurs est la stérilisation des terres agricoles liée aux extensions excessives des zones d’habitation, des zones d’activités et des infrastructures. Outre la nécessité de conserver des terres agricoles pour nourrir la planète, il est regrettable que la génération actuelle des décideurs hypothèque irréversiblement l’emploi de terrains au détriment des générations futures ;il est bien connu que l’équivalent d’un département français disparaît tous les 10 ans au profit de l’urbanisation ; ce thème est évoqué dans le document mais la bonne volonté affichée ne se traduit pas dans les chiffres.

Inflation des zones constructibles

A défaut d’une analyse globale des documents, commentons les données majeures concernant le Pays Granvillais (au sens de la Communauté de Communes  actuelle) :

            – La population de la CCPG a peu évoluée entre 1999 (24357 hab) et 2009 : 25391  (+ 4.25 %) ; cette évolution est similaire à celle du Pays de la Baie qui héberge141899 hab en 2009 (+ 5.05%/ 1999)

            – On observe que le nombre de logements vacants en 2008 est important, 1268 soit 10% du parc ; le nombre de résidences secondaires représente le tiers des logements

            Dans le secteur 1 défini par le SCoT( 1/3 nord du secteur, de la CCPG à Villedieu) qui abritait  50200 hab en 2006, la projection de population en 2020 est de 56800 habitants. Il en découle que 487 logements/an sur 10 ans sont autorisés par le SCoT.  On peut s’étonner de la projection  démographique envisagée  (+ 13.1 % en 14 ans soit près de 1% / an) le double de la période 1999-2009 – 0.5 %/an – qui était a priori plus  favorable sur le plan économique.

Le foncier consommé par la CC du Pays Granvillais  sur la période 2003 – 2009  a représenté  94,86 ha.

Pour les 10 ans à venir  le foncier prévu pour la construction de logements neufs est le suivant:

Anctoville: 3,25 ha,  Donville: 12,95 ha, – Granville : 35,52 ha,  Jullouville: 22,41 ha,  Saint Aubin , 3,68 ha,  Saint – Pair: 21,68 ha,  Saint Planchers, 10,49 ha,  Yquelon : 8,23 ha,

Soit au total : 118,21 ha. Il s’agit de chiffres plafond, la surface à prévoir doit être minorée d’un facteur 1,3. La nature des zones à urbaniser n’est pas connue; d’après notre connaissance locale il s’agit essentiellement de zones périphériques qui concerneront surtout des terrains agricoles, ce qui était moins flagrant dans le cas de la phase d’urbanisation précédente.

La plupart des communes sont dotées d’un PLU  ce qui affaibli fortement les orientations du SCoT en qui concerne l’urbanisme. L’impression du lecteur est que le SCoT s’est adapté aux PLU ce qui évitera leur révision…

On notera que le credo de toutes les communes pour justifier ces différentes ZAC est d’attirer des populations jeunes avec enfants ; les élus semblent oublier que la fixation d’habitants dans une commune est liée aux possibilités d’emploi.

Paradoxalement, les communes considèrent que l’occupation de ces nouveaux logements serait de 2 personnes (chiffre valable pour l’ensemble de la population) peu compatible avec la présence d’enfants !

            Chaque commune a conservé sa compétence liée à l’urbanisme ; il en résulte l’absence de cohérence pour les zones livrées à l’urbanisation (assainissement, école, transport etc..)

La gabegie des surfaces commerciales

Le Pays de la Baie est fortement doté : 1255 m²/ 1000 habitants, valeur supérieure à celle de la Manche, elle-même très supérieure aux  moyennes nationales !

Il n’empêche que les orientations d’aménagement et de programmation  envisagent l’aménagement de 318.2 ha de ZA sur 10 ans dont 118.7 viabilisés et 199.5 non viabilisés. Dans cette hypothèse le pays de la Baie « gagnera » encore 21m²/1000 habitants et pourra concourir pour obtenir la palme du territoire le mieux pourvu en zones commerciales !

En ce qui concerne la CCPG, on notera que la ZI du Taillais (Yquelon) est dans les cartons (9.2 ha) et que la ZA du Theil à Saint Planchers est à l’étude (23 ha). On peut s’étonner de cette frénésie à la construction de ces zones alors que certaines zones existantes comportent des friches commerciales. Outre la stérilisation de terres agricoles cette politique mène à la désertification commerciale des centre-ville.

Globalement, le SCoT nous invite à transformer le territoire, et plus spécialement la périphérie des villes, en un grand hyper marché impersonnel et ne correspondant pas aux besoins de la population.

Les infrastructures, on ne change rien !: les élus souhaitent la création d’une 2* 2 voies entre Longueville et Avranches avec nouveau tracé . Ce projet  est fortement contesté par les défenseurs de l’environnement dont nous sommes ; le consensus semblait aboutir à une solution moins destructrice : la déviation de Sartilly et un élargissement de l’existant sur le reste du tracé (le foncier actuel l’autorise). Nous constatons que les élus persistent dans l’erreur et font croire au Public qu’une 2*2 voie sera l’alpha et l’oméga du développement.

Le SCoT considère que le port de Granville sera construit selon le projet du Conseil Général présenté lors du débat public de septembre 2006  ; la révision actuelle du PLU de Granville, considérée comme simple opération administrative, pourrait permettre de lever l’hypothèque. Or,  cette révision concerne l’étude d’impact de ce projet dont l’aboutissement pourrait générer 300 000 m3 de boues rejetées dans la Baie chaque année !

A quand un projet réaliste et conforme à la situation

Ce projet est basé sur des chiffres peu réalistes en particulier sur la démographie envisagée à moyen terme ; cette évaluation génère une production projetée de surfaces urbanisables excessive qui serait couteuse pour la collectivité et pénalisante pour les activités agricoles.

Ces excès se retrouvent également dans les zones d’activités dont le Pays de la Baie est déjà largement pourvu et souvent mal utilisées.

La méthode est la même que celle des décennies précédentes avec une même fuite en avant qui éloigne les habitants du cœur des villes et les contraints à être dépendants de leur voiture.

Ou se trouve la cohérence territoriale entre ces communes qui gèrent individuellement leur urbanisme ?

Alain HIRSCHAUER

Publié par : granvilleagauche | décembre 24, 2012

Jeux de masques politiciens …

La nouvelle algarade médiatique entre le maire de Donville renforcé par  le député de la circonscription et le maire de Granville cache évidemment des enjeux politiciens dont la liste de droite en voie de constitution dans cette ville pourra tirer quelques profits.

L’opposition de gauche pourrait en tirer d’autres quand le maire est accusé d’ignorer la démocratie participative, de réagir par la vindicte à toute critique visant son obstination  à persévérer malgré les revers que lui inflige la réalité : les finances du Conseil général  et les rappels à la légalité des tribunaux administratifs, en particulier.

Mais cette attaque peu honorable  présente l’intérêt de rappeler les projets qui, selon ces faux-professeurs de démocratie partisans de la vidéosurveillance de leurs administrés, auraient souffert de « l’immobilisme »  de la part du maire de Granville.

Projets  que l’opposition de gauche a combattu lors des dernières élections municipales : projet portuaire, 2×2 voies Granville-Avranches,  projet centre-ville (à « dépoussierrer » ?), voie  trans-Val-es-Fleurs initialement pénétrante  fatalement rebaptisée  dégorgeante.

En sorte que le maire de Granville se présentant comme « de gauche » se trouve attaqué par des maires (et député) de droite pour avoir repris à son compte, sans les remettre tant soit peu en question, des projets hérités du précédent maire de droite qu’il avait longtemps combattu dans l’opposition.

On peut aisément comprendre le courroux du maire quand sont ainsi mises en évidence l’ambiguïté d’une posture politique et les contradictions qu’elle  expose.

Quant à se présenter comme les protagonistes « d’une démocratie moderne respectueuse de la diversité des expressions », messieurs les maires (et député) de Donville et d’Avranches « Bas les masques ! »

 Yann Le Pennec.

Publié par : granvilleagauche | décembre 20, 2012

Granville, espace Jonville: Les Granvillais dépossédés de leur bien.

On ne mesurera jamais assez combien le projet, l’espace Jonville, est inutile et dangereux.

Dangereux pour les riverains puisque le parking souterrain de 3 niveaux sur lequel sera construit l’ensemble est situé en zone inondable. 
Dangereux pour le petit commerce parce qu’une grande surface commerciale de 3000 m2 est inclue dans le projet.
Inutile: il est prévu de construire encore et toujours des logements de luxe alors que la ville de Granville en regorge de tous côtés. 
Et pourtant, ce complexe immobilier qui aurait dû être abandonné définitivement depuis belle lurette est revenu sur le devant de la scène le vendredi 14 décembre, Daniel Caruhel, l’ami des promoteurs, faisant renouveler par son conseil municipal la convention liant la ville à la société Pronier Promotion.
 
Le Parti de Gauche dénonce ce cadeau fait à un aménageur privé qui ne paierait ce terrain de 5000 m2, propriété de la collectivité, qu’à la moitié de sa valeur. Encore faut-il préciser que sans le travail des associations de défense de l’environnement, l’ancienne municipalité aurait tout simplement donné l’espace Jonville au promoteur contre rien en échange ( jugement du tribunal administratif de Caen du 11 décembre 2008)). 
 
Ce terrain est un bien public et son usage doit être public. Pourquoi ne pas y construire de véritables logements sociaux ( sans parking souterrain) pour attirer des familles et repeupler le centre-ville? D. Caruhel a toujours déclaré qu’il faisait du logement social sa grande cause, c’était là une occasion unique de joindre le geste à la parole
 
D’autre part, le promoteur retenu par la municipalité pour cette opération, comme c’est curieux, a installé sur le cours Jonville depuis de nombreux mois un bureau de vente pour une opération immobilière située à Donville les Bains. C’est illégal puisqu’une occupation du domaine communal est soumise à la délivrance d’une autorisation par l’autorité gestionnaire. Elle doit donner lieu au paiement d’une redevance sur décision du conseil municipal, ce qui n’a jamais été fait. Les arrangements entre amis n’ont pas lieu d’être dans un état de droit.
 
Le PG ne se reconnaît absolument pas dans la politique de droite de la municipalité granvillaise. Daniel Caruhel et son équipe sont dans la continuité du système précédent mis en place par l’ancien maire UMP, une gestion au coup par coup dont les promoteurs immobiliers et quelques sociétés privées sont les grands bénéficiaires au détriment de l’intérêt général.

Pour le PG, Annie Touzaint et Jean-Marc Santier

Exif_JPEG_PICTURE

 

Publié par : granvilleagauche | décembre 17, 2012

Rue Saint- Gaud, rumeur…rumeur

2 maisons rue saint Gaud

Un promoteur désirant démolir deux maisons de pêcheurs dans le bas de la rue Saint- Gaud a reçu un avis défavorable de la part du STAP ( Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine) en raison du fait qu’elles représentent un des rares témoignages encore debout du passé maritime.

Selon son entourage, il aurait reçu l’assurance verbale que, pour la Ville, ces deux maisons ne représenteraient aucun intérêt patrimonial.

 Affaire à suivre…..

Publié par : granvilleagauche | novembre 28, 2012

Port de Granville: Le cabotage, une activité d’avenir

Dans les années 1995, lorsque l’usine Dior cessa ses importations, le port de commerce semblait condamné. C’est alors qu’apparaissent deux activités d’exportation, les ferrailles et les graviers qui depuis ne demandent qu’à vivre.

                        Contrairement aux rumeurs qui circulent, Sirec-Suez (Isigny le Buat) n’a pas l’intention de quitter nos quais et ne demanderait qu’à augmenter son trafic si elle avait plus de matières premières.

                        Quant aux carrières Lainé-Pigeon, leur permis d’exploitation vient d’être prolongé jusqu’en 2025. Et quoi qu’il en soit, les grandes carrières du Calvados sont capables de fournir un train complet par jour !

                        Car maintenant que M. le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Granville clame que  « le port n’est plus adapté au trafic de vrac  » (une révélation ?) et que c’est le bon moment pour le fermer, voilà qu’on nous annonce que 200 000 t de gravier sont à fournir pour des travaux à l’aéroport de Guernesey. De plus la coopérative agricole régionale Agrial manifeste l’intention de refaire des bateaux par Granville ce qui n’était plus arrivé depuis des lustres .

                       Décidément cette activité a la vie dure ! et démontre son intérêt surtout en période de crise (et de Sommet de l’Emploi). Nous avons eu la démonstration récemment que Granville peut manutentionner plus de 5000 t par jour alors la CCI, gestionnaire de l’outillage public portuaire, devrait se réjouir car ses activités pérennisent des emplois permanents (1000 t embarquées ou débarquées = un emploi). Verrons nous la grue Mohr reprendre du service pour les déchargements ?

                       D’autre ports de cabotage comme Fécamp sont obligés pour relancer leur économie d’embaucher des commerciaux (deux), ici point n’est besoin , les clients viennent tout seuls, preuve que ce port de commerce répond bien à une nécessité.

                        De plus, que l’on ne vienne pas nous dire que cette activité productive, bien ancrée dans l’économie réelle, gênerait par exemple le développement des activités de plaisance : 400 à 500 places supplémentaires peuvent être créés tout de suite sans changer les infrastructures existantes, dont un port à sec sur le parking (vide )au sud-est de la gare maritime. En fait, il ne gêne que les appétits immobiliers…

                        Avec son port de commerce, Granville garderait son ouverture sur le large, sa fierté et de l’ambition au lieu de se replier sur soi-même. Monsieur le Maire disait au mois de novembre qu’il verrait bien un animateur économique à la Communauté de communes – la CCI ne lui suffit donc pas ? C’est pourtant son rôle.

La vigie granvillaise

Publié par : granvilleagauche | novembre 20, 2012

Plan de circulation…. Circulez, il n’y a rien à voir

Depuis plusieurs semaines les riverains des rues affectées par les nuisances apportées par le nouveau plan de circulation ont montré leur forte hostilité à ce projet.

Une pétition a rassemblé 700 signatures dont 170 commerçants mais le maire qui, parait-il, a toujours raison, n’en a cure et, droit dans ses bottes, adopte ce plan ; il le fait savoir par la presse locale. L’utilité de ce plan n’a pas été prouvée et, ni le conseil municipal, ni la commission municipale ad hoc n’ont été consultés. L’administration de la Ville s’effectue désormais par ordonnance.

            Le maire de Granville est coutumier du fait et c’est son mode de gestion des affaires de la Ville : faire semblant de consulter les habitants quand il y est contraint (son questionnaire sur le plan de circulation dont le résultat n’est pas connu est caractéristique)  quel que soit le résultat des consultations il décide, sans changer une virgule de son projet.

            C’est ce type de gouvernance qui règne sur la gestion de la commune ; parents d’élèves, associations de défense de l’environnement du patrimoine, oppositions municipales, personnel communal, sont victimes de cette méthode. A défaut de démocratie participative, efficace pour faire avancer la Collectivité, les habitants et leurs  représentants utilisent les contre-pouvoirs que la loi leur accorde.

            En attendant, Granville fait du surplace ; ville de marins et de corsaires, elle attend un équipage dynamique, à l’écoute des autres, de tous les autres, pour la faire entrer dans le 21 ème siècle.

Il y a du travail à faire

Alain HIRSCHAUER

Comité sud-Manche du Parti de Gauche,

Membre du Front de Gauche.

10 rue de Verdun

50350 Donville-les-Bains

Objet :  Consultation des documents détenus par une administration

              Lettre ouverte

Monsieur le Préfet de la Manche,

« La loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents détenus par une administration, quels que soient leur forme ou leur support. »

Visiblement, le Président de la Communauté de Communes du Pays Granvillais  est dans l’ignorance totale de ce texte ou fait semblant de ne pas le connaître.

Récemment, nous nous sommes rendus au siège de cette communauté afin d’accéder au dossier de vente d’un bien immobilier, propriété de la collectivité publique, qui a eu lieu le 24 mai 2012.

L’accès à tous les actes nous a été refusé.

Y- aurait-il des choses importantes à cacher concernant cette opération faite dans le plus grand secret ?

Nous ne sommes pas loin de le penser.

Ce bien immobilier, un ancien bowling, situé sur la commune de Donville les Bains a été acheté par la CCPG fin 2007 ou début 2008 au prix de 1 256 000 € tous frais inclus afin de faciliter, parait-il, l’implantation d’un complexe hôtelier du nom de Prévithal. ( implantation à laquelle le Parti de Gauche a toujours été favorable  ).

La transaction a été finalisée au prix de 1 200 000 euros, cinquante deux mois plus tard. ( extrait du CR du conseil communautaire de juin 2012).

Le président de la communauté a donc favorisé une revente à perte pour le contribuable sans chercher un meilleur acquéreur et sans contre partie.

Mais quel est donc maintenant l’heureux propriétaire de ce terrain de 2 117 m2 ?

Est-ce Prévithal ? est-ce une autre société ?  «  Circulez, il n’y a rien à voir », nous a-t-on répondu.

D’autre part, pour réaliser l’acquisition de l’ancien bowling de Donville, la CCPG a emprunté 1 256 000 € à un établissement bancaire sous la forme d’un prêt à taux variable.

Au bout du compte, 4 ans et 5 mois plus tard, nous ne savons toujours pas quel est le coût final de ce prêt en intérêts bancaires pour la collectivité. Une cachotterie de plus.

A signaler aussi que le président de la CCPG a donné l’autorisation à une société dont on ignore le nom de commencer les travaux du futur complexe hôtelier en septembre 2011 alors que l’acte de vente  n’a été signé qu’en mai 2012. Joli cadeau qui s’est fait encore au détriment des contribuables puisque les frais financiers ont continué de courir.

Globalement, le transfert de ce centre de remise en forme avec son montage financier opaque est un projet ruineux pour la collectivité publique  :

plusieurs centaines de milliers d’euros en bienfaits de toutes sortes.

Normalement, les finances publiques sont destinées à rendre des services à l’ensemble de la population et à construire ou a entretenir des équipements collectifs.

Dans ce dossier complètement extravagant, quelle est la part de ce qui est normal et justifié de ce qui ne l’est pas, c’est le sens de cette lettre ouverte.   

  Annie Touzaint, co-secrétaire     –   Jean-Marc Santier, co-secrétaire 

Copies :

Sous Préfecture d’Avranches

Communauté de Communes du Pays Granvillais

CADA

Procureur de la République

Mairie de Donville-les-Bains

Presse locale

Cour des comptes

Les travaux ont débuté en septembre 2011 et l’acte de vente entre la CCPG et une société dont on ignore le nom a été signé en mai 2012

.

Publié par : granvilleagauche | octobre 9, 2012

Encore un effort, monsieur le Président

Personne ne se plaindra que 100 000 euros aient été dépensés pour présenter une étude  au Conseil Général dont  l’aspect de plus important  vise à  réduire de 150 millions à 5 le projet d’extension portuaire. La modestie et la lucidité ont fini par l’emporter face à la morgue et les promesses électorales qui n’engagent que ceux qui veulent bien y croire. Transformer une des digues pour l’accueil de quelques 100 bateaux supplémentaires de 10 à 15m, nettoyer  la cale de radoub pour le carénage, modifier l’entrée du port , supprimer l’atelier du quai d’Orléans, réaménager la rue du Port sont autant de  propositions modestes déjà avancés par ceux qui manquaient sans doute d’ambition et de vision pour Granville

Mais pourquoi s’en tenir là. Pourquoi ne pas regarder autour de nous et faire nôtre les dispositifs utilisés ailleurs en sorte que tous ceux qui veulent sortir en mer puissent le faire. Doit-on persévérer dans le projet de faire venir toujours plus de bateaux même si le port est encombré par des propriétaires qui, pour plus de 80% d’entre eux, sortent statistiquement moins de huit jours par an et parfois beaucoup  moins. La CCI ignorerait-elle l’existence des RAK permettant de caser rapidement de plus petites unités dans une sorte de casier, refuserait-elle par principe les incitations diverses favorisant la libération temporaire des places et la lutte contre les bateaux ventouses. N’y aurait-il pas place pour un nouveau port à sec et, pour un million  d’euros de plus, pour la confection de portes  pour la cale de radoub?. De telles propositions et réalisations concrètes déjà expérimentées supposent évidement des choix politiques et le courage nécessaire pour bousculer tant soit peu les habitudes, les positions acquises et quelques intérêts particuliers

Encore un effort, monsieur le Président pour ne pas refuser les propositions de diversification du cabotage  (agroalimentaire)  et l’augmentation du tonnage des graviers er ferraille qui pourraient créer des emplois pour le port de commerce que ne suscitera pas l’attractivité de notre blanche caravelle…

Yann Le Pennec

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories