Publié par : granvilleagauche | novembre 30, 2008

Communiqué de l’opposition municipale de gauche dirigée par André JUIN

Granville a la chance de disposer d’un nombre important d’associations, motivées et engagées dans divers domaines.  La ville leur accorde des subventions pour les aider dans leurs actions. Le montant total annuel est loin d’être négligeable puisqu’ il s’élève à  plus de 500 000 euros.

Comme nous l’avons fait sans succès lors du dernier conseil municipal, nous demandons fermement que les relations entre la Ville et les associations reposent enfin sur des bases saines et transparentes : une définition rendue publique, des critères explicitement motivés qui, dans chaque domaine d’activité, les rendent éligibles à recevoir une aide  de la Ville, sous forme de subvention ou d’aide en nature (locaux, personnel…) ; la signature d’une convention, régulièrement renouvelée, qui précise les engagements de chaque partenaire, ville et association ; une vérification a posteriori de la conformité des actions menées par rapport aux projets initiaux présentés. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et donc de manière simple, et sans formalités excessives. C’est un rempart naturel contre le clientélisme, et les associations savent que c’est un élément de leur crédibilité.

Face à nos demandes en conseil municipal, le Maire et l’adjointe aux finances ont rétorqué que la Ville envoyait une lettre et qu’il fallait faire confiance : la confiance repose sur un contrat clair, débattu en conseil municipal. Il s’agit, répétons-le, de fonds publics, et le mouvement associatif –auquel nous participons comme de nombreux Granvillais- sait qu’il a tout à gagner à la transparence. Les contribuables Granvillais également.

pour comparaison … ci dessous l’article paru :

Subventions : l’opposition Juin exige des contrôles (communiqué de O.F)

Dans un communiqué diffusé lundi soir, le groupe d’opposition d’André Juin (divers gauche) revient sur l’un des points abordés vendredi 21 novembre, à l’occasion du débat d’orientation budgétaire : les subventions aux associations. Notant que « le montant total annuel (des subventions) est loin d’être négligeable puisqu’il s’élève à plus de 500 000 € », le groupe d’opposition de gauche demande « fermement que les relations entre la Ville et les associations reposent enfin sur des bases saines et transparentes : une définition rendue publique, des critères explicitement motivés qui, dans chaque domaine d’activité, les rendent éligibles pour recevoir une aide de la Ville, sous forme de subvention ou d’aide en nature (locaux, personnel…). »

Un contrôle qui passerait par « la signature d’une convention, régulièrement renouvelée, qui précise les engagements de chaque partenaire, ville et association ; une vérification a posteriori de la conformité des actions menées par rapport aux projets initiaux présentés. » Pour le groupe d’André Juin, ce serait « un rempart naturel contre le clientélisme, et les associations savent que c’est un élément de leur crédibilité ».

(parution dans le journal local et sur le site de Ouest-France)

Publicités

Responses

  1. Je souhaite apporter quelques précisions. J’entends ici et là des propos qui semblent avoir pour objectif de déformer les différentes interventions publiques de notre groupe. Que les choses soient claires; les associations sont bien évidemment des partenaires privilègiés de l’action de la cité qui doivent être soutenues. Nous l’avions d’ailleurs déjà précisé lors du conseil municipal du 27 Juin dernier. En tant qu’élus, nous ne voulons pas être démagogues mais simplement lucides face à certaines difficultés budgétaires que rencontre cette ville. Dans le contexte économique actuel et compte tenu des choix politiques des municipalités précédentes, il est temps que la ville adopte une stratégie budgétaire différente si elle ne veut pas continuer à augmenter la pression fiscale payée par les contribuables Granvillais !
    Notre vision de l’orientation budgétaire est différente de celle de la municipalité en place. Nous considérons, nous, que la ville doit maintenir une certaine capacité d’autofinancement pour favoriser l’investissement indispensable à l’économie et au social (une ville qui n’investit plus est une ville qui s’endort !).
    Compte tenu des baisses à venir de certaines recettes (diminution des concours de l’état, baisse sensible des droits de mutation, etc,…); la seule action possible est donc pour la ville d’être extrêmement vigilente sur certaines charges si elle veut continuer à investir dans des structures et équipements !
    Considérant que la ville attribue 164 par habitant aux associations alors que la moyenne est de 99 pour les autres villes de même taille, nous demandons simplement que certains accords et certaines conventions soient revus selon les pertinences des projets afin que tout Euro versé soit vraiment utile. Cela dans l’intérêt général et surtout dans un souci d’équité !

    Gilles Ménard


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :