Publié par : granvilleagauche | novembre 26, 2008

Projet centre –ville

banque-de-france

Grâce à l’action courageuse d’associations de défense de l’environnement,

jeudi prochain – 27 novembre 2008 – le tribunal administratif de Caen statuera sur l’affaire du square Chartier (et des terrains annexes).

Ce n’est pas un événement qui peut être considéré comme une simple péripétie dans la vie politique granvillaise, loin de là.

A défaut d’un bon rapport de force à gauche qui aurait pu faire capoter le projet à l’origine, les juges auront la tâche de sanctionner ou de conforter les pratiques scandaleuses de la municipalité précédente dont la municipalité actuelle revendique l’héritage.

Rappel des faits :

Un terrain de 5000 m2, d’une valeur inestimable, situé en plein centre ville a été cédé à un promoteur en échange de places de parking qui n’existent pas dans la réalité.

Le projet proprement dit : parking souterrain à 3 niveaux en zone inondable, grande surface de vente de 1200 m2 risquant de mettre à mal le petit commerce local déjà en grande difficulté, immeubles de grand standing,, hôtel de luxe, ne correspond certainement pas à une attente des granvillais propriétaires des lieux, il faut le rappeler.

Chacun a le droit d’avoir une idée sur la meilleure façon d’occuper cet espace mais ce truc là, personne n’en veut .

Ce procès est le premier d’une série. Les juges devront se prononcer également sur le projet Banque de France, le PLU, Prévithal et peut-être le projet portuaire sans compter un nombre incroyable de dossiers déjà jugés sur des permis de construire contestés par des riverains.

Dans toutes ces affaires, ce sont les contribuables granvillais qui paieront les frais de justice et la note sera salée.

Visiblement, l’équipe Caruhel ne s’éloigne pas des pratiques précédentes. On a même l’impression que Verdier est toujours assis à son bureau. On retrouve la même patte, la même méthode, la même volonté de tromper l’opinion publique .

Un seul mot pour définir la politique de la ville passée et à venir : le clientélisme, tare de toutes les tares dans le domaine de l’action publique.

 

Le résultat, on le mesure déjà : la ville coule. Plus de 50% des petits commerces sont à vendre, les jeunes sont exclus du centre-ville, les services publics ferment les uns après les autres ou sont transférés à Avranches, le taux de chômage augmente et en tant que cité balnéaire et touristique, Granville frise le ridicule.

Face à cette situation, la complaisance n’est pas de mise. Il est nécessaire d’informer toujours et encore, de dénoncer, de proposer. Ensuite, ce sera aux granvillais de prendre leurs responsabilités.

 

communiqué de la « Vigie Granvillaise »

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :